dimanche, septembre 17, 2006

Loup Urbain

Hier soir, j'revenais d'une soirée tranquille au cinéma avec ma soeur. On se dirige vers la station Viau et le métro nous file sous le nez. Merde. On s'assoit et on attend, parce qui a rien de mieux à faire dans ces moments là.

Et le loup arrive. Ma soeur affirme que c'est un chien, mais je n'en démord pas. C'est un loup. En fait, c'est un homme déguisé en loup, de la tête aux pieds. Des bottes grises et touffues avec des griffes au bout, des pantalons de poil aussi gris ainsi qu'un chandail dans le même ''tissu''. Des gants-pattes, un peu comme les bottes, et une énorme queue touffue qui pend à son postérieur. Et la tête. Elle était d'un réalisme inoui, la tête. Touffue avec des oreilles en pointes, une gueule qui s'ouvre et se referme avec un naturel déroutant, encerclée par de petites dents pointues et couronnée d'un petit nez luisant. La seule chose qui fait tache, c'est la médaille de ''vet'' en forme de coeur rose qui pend à son cou.

Tous le monde dans le métro le regarde et le pointe, mais il ne semble pas s'en formaliser. La seule chose qui semble le sortir de son immobilité, c'est l'enfant de l'autre côté de la voie qui rit et lui sourit. La bête lui envoie la patte avec enthousiasme, fait son ''show'' jusqu'à ce que l'enfant soit disparu.

Le métro arrive enfin. Presqu'à côté du loup, j'hésite à passer devant lui. Il me fait la révérence et se retire légèrement, me laissant passer comme un gentleman. Il s'assoit face à moi. De Viau à Beaubien, station où il débarque, il me regarde, comme si c'était moi la bête curieuse. Et je crois deviner un sourire sous la gueule de son masque. Au moment de partir, en se levant, il me fait la révérence de nouveau puis sort.

Ma mère passe me prendre au métro longueuil et j'lui raconte mon aventure. Tout de suite, c'est un fou. Un étrange. ''Par les temps qui courent, on sait pas...'' qu'elle me dit.

Quant à moi, je penche d'avantage vers la théorie du travailleur zellé qui n'a peut-être tout simplement pas eu le temps de se changer après l'ouvrage, ou qui s'y dirige. Ou qui n'en avait seulement pas envie. En fait, ça pourrait être un peu n'importe quoi, pas moyen de savoir.

Tout ce que je sais, c'est qu'il a réussi à me décrocher un sourire et à rendre l'atmosphère dans le métro beaucoup moins lourde qu'elle ne l'est habituellement. Il a fait ma soirée, comme on dit..!

6 commentaires:

Tonton Coquillage a dit...

Mon Dieu ! Jolie anecdote ! On pourrait penser qu'il cachait une beretta sous son costume, mais je crois que son plus beau trésor, c'était la capacité d'extirper tous ces anonymes de leur morne train-train quotidien.

Mori a dit...

Je l'avoue, c'était moi.

Ironman a dit...

C'est une histoire fausse. Tu es mythomane. Viau c'est sur la ligne verte et Beaubien est sur la ligne orange, vers le nord. Or, il n'y a pas été question de transfert dans ton histoire et je sais que tu quitte le métro à Berri en direction de Longueuil. DONC T'ES QU'UNE SALE MENTEUSE. Ouaasi on pourrait dire que tu t'es simplement trompé de nom de station, tu aurais voulu dire Beaudry, mais tu ne t'en tirera pas si facilement.

M'zelle bulle a dit...

hahaha merde.

On voit ici que jsuis une vraie montrealaise avertie.

c'est effectivement de Beaudry que jvoulais parler, mais bon toi on sait ben! Allez, lance moi des roches, j't'attends!

Ironman a dit...

J'te lance des mister freeze bleus.

M'zelle bulle a dit...

Bon plan. Ça va faire mal, mais au moins le froid va engourdir tout ca.